Karine Tuil évoque son livre « Les Choses humaines », publié chez Gallimard, inspiré de l’affaire d’une jeune femme victime d’un viol sur le campus de l’université de Stanford en 2015. Ivan Jablonka publie quant à lui « Des hommes justes », au Seuil, une réflexion qui invite les hommes à rompre avec le patriarcat. Dans son premier roman, « Rhapsodie des oubliés », publié à La Martinière, Sofia Aouine raconte le quotidien des habitants d’un quartier. Enfin, Emma Becker publie « La Maison », chez Flammarion, une immersion dans la vie des prostituées à Berlin.