La figure de la mère plane sur cette rentrée littéraire. Éric-Emmanuel Schmitt publie « Journal d’un amour perdu », chez Albin Michel, le récit de sa lente reconstruction après le décès de sa mère. Nathacha Appanah commente la sortie du « Ciel par-dessus le toit », qu’elle publie chez Gallimard, l’histoire d’une jeune femme qui renaît de ses cendres. Enfin, dans « Jour de courage », publié chez Flammarion, Brigitte Giraud entremêle le destin de son jeune héros dans la France contemporaine et du chercheur Magnus Hirschfeld, persécuté par les nazis.