DernièreS chroniqueS

Olga, de Bernhard Schlink

Olga, de Bernhard Schlink

Une héroïne énigmatique, un héros épris de l’infinité du monde et du néant, une histoire amour insensée mais incroyablement belle… Ce roman à la plume élégante est bien plus fin qu’il y paraît

lire plus
Maïmaï, d’Aki Shimazaki

Maïmaï, d’Aki Shimazaki

Un régal pour les amateurs de littérature japonaise, même si ces romans sont écrits directement en français par cette auteure québécoise.

lire plus
Une femme en contre-jour, de Gaëlle Josse

Une femme en contre-jour, de Gaëlle Josse

Atmosphère intimiste, toute en délicatesse et retenue, pour écrire la biographie de cette femme insaisissable et difficile à cerner en fonction des avis contradictoires des personnes qui l’ont connue.

lire plus

À voir et à revoir

La Grande Librairie du 02.10.19

En compagnie de ses invités, François Busnel rend hommage à l’oeuvre du Prix Nobel de littérature 2014 Patrick Modiano, qui publie en octobre 2019 «Encre sympathique» (Gallimard). L’absence, la nostalgie, l’observation précise de la société, l’identité, constituent des thèmes de prédilection pour cet auteur, qui a débuté son parcours littéraire en 1968 avec «La Place de l’Etoile», Prix Roger Nimier. Patrick Modiano s’est également illustré dans l’univers exigeant des essais et du théâtre. Il a même écrit les paroles de plusieurs chansons, notamment à la fin des années 1960.

La Grande Librairie du 25.09.19

Dans « La mer à l’envers » (POL), Marie Darrieussecq fait se croiser une Parisienne en croisière et un réfugié nigérien qui cherche à gagner l’Angleterre. « Mur Méditerranée », de Louis-Philippe Dalembert (Sabine Wespieser), évoque également la question des migrations, en s’attachant aux pas de femmes qui s’apprêtent à tenter de traverser la Méditerranée. Jonathan Coe livre quant à lui un regard lucide et plein d’humour sur le Brexit, dans « Le cœur de l’Angleterre » (Gallimard). François Busnel reçoit également Alain Finkielkraut, à l’occasion de la parution de son nouveau livre, « À la première personne » (Gallimard).

En 2o2o, voyagez en lisant

En 2o2o, voyagez en lisant

Le meilleur travail, le meilleur bonheur, la meilleure éclate, le plus grand amour, les meilleurs voyages, les meilleurs amis, les meilleurs chaussons… le meilleur des mondes et bien sûr, comme on dit toujours en dernier, le plus important : LA MEILLEURE SANTE… Bref, les meilleurs vœux, c’est fait.
Par téléphone, par carte de vœux carton, par courrier manuscrit (mouais), par courriel (un oui plus ferme), par texto (un oui fort) ou, mieux, en grande compagnie sur une « mailing list »… Bah oui, c’est un signe des temps : les boîtes aux lettres sont vides, les messageries sont pleines… Fini d’ouvrir les enveloppes épaisses pour en découvrir les jolies cartes avec leurs dessins, leurs couleurs, leur parfum même, et leurs mots. Aujourd’hui, on clique et le monde s’ouvre à nous. Mais ne dit-on pas que c’est l’intention qui compte… Et si au bout du clic il y a un mot, c’est que quelqu’un l’y a mis.

Or, en janvier sonne la rentrée littéraire hivernale. Nous y voilà ! La vieille est enterrée, la bonne reste à venir. Mais ce qui n’est peut-être pas ou pas encore fait, ce sont les vœux de bonnes (ou belles) lectures. Les entendez-vous souvent en dehors de vos clubs de lecture ou des rares émissions littéraires ? Pas trop, non, c’est vrai. Eh bien ce sont les nôtres ! Toute l’équipe de Bouquivore vous souhaite en ce début 2020 une pluie de livres.

Les nombres pairs, c’est plutôt sympa pour les années. Et n’oubliez pas : 2020 est un nombre divisible par 4. 2020 est une année bissextile. Il y aura un donc un samedi 29 février. Ce qui fait, devinez quoi : une journée de lecture en sus ! Décidément, 2020 elle à tout bon c’est comme un bon vieux 20/20 !
Alors, à toutes et à tous nous souhaitons 366 jours de bonheur pur : celui de la lecture.

lire plus

Poèmes

La première fois que j’ai rencontré Zélie M., elle m’a posé une drôle de question : « à quoi ça sert la poésie ? ». Vaste question, à laquelle elle en a ajouté une autre après mon embryon de réponse (« à dire les choses difficiles ?) ». La seconde en entraînerait forcément d’autres encore : « Sait-on pourquoi de tout temps l’on a emprisonné des poètes ? »…

Voyageur, d’Antonio Machado

Jamais je n'ai cherché la gloire Ni voulu dans la mémoire des hommes Laisser mes chansons Mais j'aime les mondes subtils Aériens et délicats Comme des bulles de savon. J'aime les voir s'envoler, Se colorer de soleil et de pourpre, Voler sous le ciel bleu, subitement...

lire plus

Ils ont dit

Il semble que le goût des livres croisse avec l’intelligence.
Marcel Proust, (Sur la lecture)
La culture ne s’hérite pas, elle se conquiert.
André Malraux, Oraisons funèbres
Une pièce sans livres, c’est comme un corps sans âme.
Cicéron
La vertu paradoxale de la lecture est de nous abstraire du monde pour lui trouver un sens.
Daniel Pennac
Quand je pense à tous les livres qu’il me reste à lire, j’ai la certitude d’être encore heureux.  
Jules Renard
Un livre est un outil de liberté
Jean Guéhenno, (Les carnets du vieil écrivain)
A chaque fois que j’écoute France Inter, j’ai envie d’acheter un livre. A chaque fois que je regarde la télé, j’ai envie de manger des chips
(Un lecteur de Télérama)