COVID-19 / CONFINEMENT / LES MÉDECINS DE L’ÂME

Confinement

Ils, elles observent le monde malade de ses habitants ; elles, ils racontent leur propre confinement et nous exhortent à continuer le nôtre, à le prendre au sérieux, nous donnant au passage des conseils de lecture. Ils, elles essaient de répondre à la question récurrente : « Comment en est-on arrivé là ? » et bon nombre d’entre eux ont la réponse. Cette réponse, ils, elles l’ont déjà écrite, l’écrivent encore, toujours. Mais on ne les lit pas et quand on les a lus bien souvent on referme le livre pour en chercher un autre peut-être plus « feel good » car les sujets qui fâchent, ça va un temps…

La grande librairie

Pour évoquer le monde de l’après-crise, François Busnel réunit un scientifique, un philosophe, une écrivaine et une navigatrice. Aurélien Barrau présente l’édition revue et augmentée de son essai « Le plus grand défi de l’histoire de l’humanité », paru chez Michel Lafon. Baptiste Morizot, quant à lui, publie « Manières d’être vivant », chez Actes Sud, dans lequel il incite à réinventer la relation de l’humain avec le monde vivant. Antoinette Rychner propose « Après le monde », édité chez Buchet Chastel, une fable inspirée des théories de la collapsologie. Enfin, Isabelle Autissier présente la nouvelle traduction de « Magellan », la biographie du grand navigateur et explorateur portugais écrite par Stefan Zweig, parue chez Robert Laffont.

La fenêtre, d' Olga Tokarczuk

Nous voyons se dissiper notre conception de la civilisation, celle-là même qui nous a structurés ces deux cents dernières années.

Interview de Deon Meyer, sur France Info Culture

L’actuelle pandémie de coronavirus a fait du roman de l’écrivain sud-africain un livre d’anticipation d’une inquiétante actualité.

L’homme sous le manguier (extrait de L’année du lion), de Deon Meyer

Mais la nature se moque des théories. La faillibilité humaine se moque des théories.

Comment je vis le confinement ? d'Adeline Dieudonné

Ce confinement interroge le rapport complexe que j’entretiens avec le silence et la solitude. Je les souhaite autant que je les redoute.

RESPECT, où es-tu ?

Ça leur arracherait la gueule de se montrer humains, simplement humains : faibles, emplis de doutes, mais déterminés à accomplir le mieux pour le bien commun.

Effets secondaires, de Grand Corps Malade

Grand Corps Malade, slameur poète et romancier français.

Les 1000 pieuvres (Hommage aux soignants), de Marion Roch

Un bel hommage à tous ceux qui nous soignent avec un beau texte et une belle voix.

 

Maintenant ou jamais, de Fred Vargas, lu par Charlotte Gainsbourg

Charlotte Gainsbourg nous raconte la 3ème Révolution, texte écrit par Fred Vargas, en 2008.

Le monde qui marchait sur la tête est en train de remettre ses idées à l’endroit, par Coline Serreau

La culture n’est ni un vecteur de vente, ni une usine à profits, ni la propriété d’une élite qui affirme sa supériorité, la culture est ce qui nous rassemble, nous console, nous permet de vivre et de partager nos émotions avec les autres humains.

Monsieur le Président, je vous fais une lettre, d'Annie Ernaux

Sachez, Monsieur le Président, que nous ne laisserons plus nous voler notre vie, nous n’avons qu’elle,

Peaux de chagrin, de Caroline Laurent

Décidément, nous sommes des animaux bien décevants

L'humanité ébranlée et la société effondrée par un petit machin, de Mustapha Dhaleb

Il a suffi de quelques jours pour que l’humanité prenne conscience qu’elle n’est que souffle et poussière.

La culture au temps du corona, Les lettres de Kafka

La littérature ne pleure pas pour elle-même, mais seulement parce que les humains pleurent parfois.

Contagions, de Paolo Giordano (en libre accès)

Les éditions du Seuil viennent de mettre à la disposition des lecteurs et gratuitement le dernier livre de Paolo Giordano : Contagions, alors qu’il n’est pas encore paru.

Eux, ils soignent (Narcisse le Slameur)

Eux, ils soignent (Narcisse le Slameur)

Je vous écris d’Italie, de Francesca Melandri

Depuis l’Italie Francesca Melandri, écrivaine, scénariste et documentariste italienne, née à Rome en 1964, nous adresse cette magnifique lettre, (traduite de l’italien par Robert Maggiori).

DernièreS chroniqueS

Changer le sens des rivières, par Murielle Magellan

Changer le sens des rivières, par Murielle Magellan

La volonté d’une jeune fille de changer radicalement de cap dans sa vie et un bel hommage aux mots : au manque qu’ils entraînent quand on ne les a pas, aux efforts que fait Marie pour les acquérir et aux changements de sa condition quand elle les a pour s’exprimer.

lire plus
Contagions, de Paolo Giordano (en libre accès)

Contagions, de Paolo Giordano (en libre accès)

Une bonne initiative dans le monde de l’édition :

Les éditions du Seuil viennent de mettre à la disposition des lecteurs et gratuitement le dernier livre de Paolo Giordano : Contagions, alors qu’il n’est pas encore paru.

lire plus
Sur les ossements des morts, d’Olga Tokarczuk

Sur les ossements des morts, d’Olga Tokarczuk

Un polar étrange pétri d’humour noir, de suspense et d’humanité et foisonnant de mentions « métastrologiques » et de sujets graves comme la cause animale aujourd’hui, Ecrit d’une plume poétique et hautement littéraire

lire plus
Le jardin, de Hye-young Pyun

Le jardin, de Hye-young Pyun

Pas seulement un pur thriller psychologique, mais une réflexion sur les mauvais choix de vie, leurs conséquences et les désillusions… Et sur l’étiolement du couple qui se termine par deux êtres solitaires vivant sous le même toit.

lire plus
La servante écarlate, de Margaret Atwood

La servante écarlate, de Margaret Atwood

Toute la force de ce roman prémonitoire tient en sa résonance avec le monde d’aujourd’hui. La pollution généralisée, les intégristes de tous poils, les crises économiques à répétition…. Toutes les conditions sont réunies pour que l’on bascule de la dystopie à la réalité.

lire plus

Poèmes

La première fois que j’ai rencontré Zélie M., elle m’a posé une drôle de question : « à quoi ça sert la poésie ? ». Vaste question, à laquelle elle en a ajouté une autre après mon embryon de réponse (« à dire les choses difficiles ?) ». La seconde en entraînerait forcément d’autres encore : « Sait-on pourquoi de tout temps l’on a emprisonné des poètes ? »…

Correspondances, de Charles Baudelaire

Correspondances La Nature est un temple où de vivants piliersLaissent parfois sortir de confuses paroles ;L'homme y passe à travers des forêts de symbolesQui l'observent avec des regards familiers. Comme de longs échos qui de loin se confondentDans une ténébreuse et...

lire plus

Ils ont dit

La lecture encombre la mémoire et empêche de penser.
Herbert-George Wells
Mon plaisir à moi est d’enfermer des mots dans la mesure d’un vers.
Horace
Lire, c’est emprunter ; en tirer profit, c’est rembourser sa dette.
Georg-Christoph Lichtenberg, (Le miroir de l'âme)
La culture ne s’hérite pas, elle se conquiert.
André Malraux, Oraisons funèbres
A chaque fois que j’écoute France Inter, j’ai envie d’acheter un livre. A chaque fois que je regarde la télé, j’ai envie de manger des chips
(Un lecteur de Télérama)
La littérature est la preuve que la vie ne suffit pas
Fernando Pessoa
L’art de lire consiste à savoir sauter les pages
Philip Hamerton
Chacune de nos lectures laisse une graine qui germe.
Jules Renard, (Journal, 1894)
Ecrire, c’est aussi ne pas parler. C’est se taire. C’est hurler sans bruit.
Marguerite Duras

À voir et à revoir

La Grande Librairie du 22.04.20

« La grande librairie » est de retour dans une version confinée avec, en invité fil rouge, l’auteur Yann Queffélec. Que nous apprend l’histoire face à l’épidémie en cours ? Comment dépasser cette épreuve et la transformer en opportunité ? La littérature peut aider à comprendre et mieux supporter la crise actuelle. Autant de thèmes que François Busnel aborde en compagnie de ses invités, via Skype : Kamel Daoud, Michelle Perrot, Georges Vigarello et Léonor de Récondo. L’animateur rend hommage à l’auteur chilien Luis Sepúlveda, disparu le 16 avril.

La Grande Librairie du 15.04.20

François Busnel propose une émission spéciale autour de François Cheng. Poète, écrivain, calligraphe et plasticien, l’académicien a nourri son oeuvre de sa double culture chinoise et française, de son amour de la nature et de sa spiritualité. En avril 2019, il avait témoigné de la portée universelle de Notre Dame de Paris sur le plateau de « La Grande Librairie », quelques jours après l’incendie qui avait ravagé la cathédrale.