Bonne année, bonne journée, bonnes vacances, bonne santé, joyeuses Pâques, bon week-end, de beaux rêves lors d’une bonne nuit, bonnes fêtes… Depuis toujours, j’ai horreur des fêtes calendaires, des fêtes obligées. Et surtout, allez savoir pourquoi, je trouve plus bête encore que le reste de « souhaiter la bonne année ». Les cartes de vœux, ce n’est pas ma tasse de thé, mes proches ne s’en offusquent plus. J’en envoie (peu), j’en reçois (un peu plus), j’en téléphone et j’en « emaile » beaucoup, normal pas le choix et ça finit par me faire rire de moi…

Mais pour mes lecteurs, je fais une exception. Le bonheur, la santé, l’amour, l’amitié, la fortune : souhaités toujours, pas forcément dans cet ordre, et souhaitables, oui. Mais le plaisir de lire, hautement souhaitable, jamais, lui, n’est souhaité. C’est pourquoi je profite de la « saison des vœux » pour vous souhaiter avec ardeur et conviction de trouver dans vos lectures non seulement le plaisir de lecture, mais aussi la découverte, l’émotion, l’amusement, la détente, la distraction, la culture, le frisson, la tolérance, le suspense, l’Histoire, l’amour des mots et leur conjugaison, le voyage dans le temps et dans l’espace, la fantaisie, l’altérité… Pas forcément dans cet ordre non plus.

Tout simplement, pour reprendre l’expression de François Busnel lors du clap de fin de chaque épisode de « La Grande Librairie », de bien profiter « du meilleur des plaisirs solitaires, la lecture« . J’ajouterai « et d’en discuter entre lecteurs – et non lecteurs, histoire de les y amener »

Et puis, comme il y a toujours une exception à la règle, je souhaite une énorme bonne santé, un promptissime rétablissement à une personne très chère, très proche et très hospitalisée : ma sœur.

Allez, bonne année… à lire un maximum !

Cathy la Serial Lectrice