RESPECT, où es-tu ?

par | 20/04/2020

« Ça leur arracherait la gueule… », par Éric Pessan

Éric Pessan, romancier français (jeunesse et adultes), a également travaillé pour la radio et le théâtre.

Visiblement, ça leur arracherait la gueule de déclarer qu’on ne sait pas trop, qu’il y a des centaines de paramètres à prendre en compte, que l’on doit être prudent, analyser l’évolution de la contamination, s’inspirer de ce que font les autres nations et — éventuellement — tirer des enseignements de leurs erreurs, que l’on ignore bon nombre de choses, que cela dépend aussi du succès d’un éventuel traitement.

Ça leur arracherait la gueule de dire avec précision les achats de masques et de gants, les compréhensibles difficultés d’acheminement, les modalités d’approvisionnement.

Ça leur arracherait la gueule de parler tous de la même voix sans que l’un dise blanc et l’autre noir pour qu’aussitôt celui-ci évoque du gris, pour se tenir à une ligne qui ne soit pas contredite dans la journée par un ministre, un secrétaire d’État ou un porte-parole.

Ça leur arracherait la gueule aussi de s’excuser pour les cafouillages, pour les oui aussitôt suivis de non, pour toutes les fois où avec autorité ils ont dit une chose et son contraire : la non-nécessité d’un confinement aussitôt suivie de l’ordre du confinement, la non-efficacité du port du masque aussitôt suivie de l’ordre de porter des masques ; ils se doutent bien que de telles excuses permettraient d’apaiser les colères justifiées, mais ça leur arracherait la gueule d’apparaitre fragiles là où ils se veulent invincibles.

Ça leur arracherait la gueule d’être humbles, de ne pas annoncer des dates, des jauges, des âges, des types de commerce au hasard, juste pour le plaisir mégalomane d’exister durant quelques heures en Une des médias.

Ça leur arracherait la gueule de réfléchir avant de parler, de choisir la voie de la modestie plutôt que celle de la force, de la fanfaronnade, de la rodomontade, de la hâblerie.

Ça leur arracherait la gueule d’avouer qu’ils ne savent pas plutôt que de toujours affirmer, de toujours parler le plus vite, le plus fort, le plus haut.

Ça leur arracherait la gueule de se montrer humains, simplement humains : faibles, emplis de doutes, mais déterminés à accomplir le mieux pour le bien commun.

Éric Pessan
(Source : ActuaLitté, 19 avril 2020)

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.