Les porteurs d’eau, d’Atiq Harimi

par | 3/05/2019

Sorti chez chez P.O.L en 2019 – 285 pages. Roman.

Atiq Rahimi, né en 1962 à Kaboul, a la double nationalité, afghane et française. Il vit à Paris. Titulaire d’un doctorat d’audiovisuel à la Sorbonne, il est à la fois réalisateur de cinéma, documentariste (Terre et cendres, notamment, Prix Regard vers l’avenir au Festival de Cannes 2004) et romancier. Son troisième roman, Syngué sabour. Pierre de patience (2008), qu’il a écrit en français, a obtenu le prix Goncourt.

11 mars 2011, destruction des Grands Bouddhas par les islamistes. En parallèle, les cheminements de Tamin, devenu Tom, entre Paris et Amsterdam, et de Yûsef, porteur d’eau en Afghanistan.

L’un est parti, l’autre reste.

Trois cultures, religions, langues s’emmêlent, s’entrechoquent, avec toujours la prépondérance de la culture originelle. Les croyances et superstitions aident ou enfoncent, freinent, empêchent une avancée, une adaptation. L’amour ajoute le grain de sel, si différent d’un pays à l’autre.

Et l’on embarque dans un roman qui fait voyager d’une culture à l’autre, dépayse et enchante par sa poésie, avec une écriture superbe.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.