La Grande Librairie du 20.05.20

Cette émission est essentielle. Toujours aussi variée et culturelle sinon plus, elle est également beaucoup plus "sérieuse" que les précédentes, excepté celle de la semaine dernière peut-être. Les intervenants sont unanimes et leur constat est noir, explications et preuves à l'appui : nous avons "exterminé" notre environnement. Tout a été dit, décortiqué, expliqué, argumenté avec des mots forts par les intervenants présents sur le plateau. L'heure n'est plus à la constatation pure et simple ou aux recettes-miracles, il faut changer de style de vie, rétrograder. Tout de suite et maintenant. Aujourd'hui, pas demain. Le Covid19 arbre qui cache la forêt ? Oui et non : bien des arbres ont brûlé en amont, ces derniers temps des incendies gigantesques ont entraîné la disparition pure et simple de nombreuses espèces animales et la canicule est déjà là, au Moyen-Orient... J'ai bien peur que tous nos intellectuels, aussi doués et bien intentionnés soient-ils, ne soient des Don Quichotte qui s'ignorent, tout comme ceux qui y croient encore, qui veulent encore y croire. Les écolos, les désintéressés, les altruistes de tout poil. Même mon ado, que je harcèle du matin au soir pour qu'il respecte les ô combien de rigueur "gestes barrière" m'a dit ; "Est-ce qu'on peut sauver quelqu'un qui ne veut pas être sauvé ?". Ma réponse : la balle est justement dans votre camp, celui de la jeunesse qui va hériter du monde que vos aînés (nous, parents, grand-parents) avons dévasté. Sciemment aujourd'hui chez les plus forts. Plaignons-les, nos jeunes.
Et lorsque j'entends aux actualités le même jour que les chants des oiseaux se font à nouveau entendre un peu partout dans le monde confiné, puis le ministre des Finances proclamer que les avions doivent se remettre à voler très vite car "la crise économique, oui elle est là, juste devant nous, elle nous guette", j'ai envie de pleurer. Et d'écouter en boucle cet épisode hors pair de La Grande Librairie dont les intervenants ont également souligné l'importance de la poésie aujourd'hui, dans ce monde de brutes. Car le bel enthousiasme de François Busnel quand il nous pousse en fin d'émission à lire, relire, à acheter, offrir ou s'offrir des livres nous met du baume au cœur. A vrai dire, son émission, la meilleure de l'espace télévisuel pour ce qui concerne la culture livresque et la culture tout court, devrait être déclarée d'intérêt général, de grande utilité pour la santé publique !
Cathy la SL

par | 20/05/2020

Pour évoquer le monde de l'après-crise, François Busnel réunit un scientifique, un philosophe, une écrivaine et une navigatrice. Aurélien Barrau présente l'édition revue et augmentée de son essai "Le plus grand défi de l'histoire de l'humanité", paru chez Michel Lafon. Baptiste Morizot, quant à lui, publie "Manières d'être vivant", chez Actes Sud, dans lequel il incite à réinventer la relation de l'humain avec le monde vivant. Antoinette Rychner propose "Après le monde", édité chez Buchet Chastel, une fable inspirée des théories de la collapsologie. Enfin, Isabelle Autissier présente la nouvelle traduction de "Magellan", la biographie du grand navigateur et explorateur portugais écrite par Stefan Zweig, parue chez Robert Laffont.

Pour évoquer le monde de l’après-crise, François Busnel réunit un scientifique, un philosophe, une écrivaine et une navigatrice. Aurélien Barrau présente l’édition revue et augmentée de son essai « Le plus grand défi de l’histoire de l’humanité », paru chez Michel Lafon. Baptiste Morizot, quant à lui, publie « Manières d’être vivant », chez Actes Sud, dans lequel il incite à réinventer la relation de l’humain avec le monde vivant. Antoinette Rychner propose « Après le monde », édité chez Buchet Chastel, une fable inspirée des théories de la collapsologie. Enfin, Isabelle Autissier présente la nouvelle traduction de « Magellan », la biographie du grand navigateur et explorateur portugais écrite par Stefan Zweig, parue chez Robert Laffont.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.