Ainsi parlait ma mère, de Rachid Benzine

EN DEUX MOTS. Un magnifique hommage d'un homme à sa mère.

par | 8/10/2020

Sorti en janvier 2020, au Seuil. (Premier) Roman. 91 pages.

L’auteur. Rachid Benzine est né au Maroc en 1971. Arrivé très jeune en France, il a la double nationalité et une activité débordante. Après des études universitaires dans de multiples domaines, il spécialise ses recherches dans les religions et devient la figure de proue de l’islam libéral francophone. Philosophe, islamologue, politologue et auteur prolixe, il est l’auteur de nombreux essais, articles et commentaires politiques. Il est également dramaturge et son premier roman est celui-ci, dédié à sa mère. Un autre est paru fin août , Les yeux dans le ciel. (Source Wikipédia).

À 54 ans, un professeur d’université célibataire, s’installe chez sa mère de 93 ans qui ne peut plus vivre seule, ses quatre frères, mariés avec des enfants, n’étant pas disponibles.

Veuve depuis 47 ans, analphabète, timide et empathique avec son entourage, sa mère voue un amour inconditionnel à ses enfants ; elle aime les émissions de variétés, Sacha Distel mais, par-dessus tout, « La peau de chagrin » d’Honoré de BALZAC, que son fils lui a déjà lu plus de deux cents fois.

Malgré les soins qu’il donne à sa mère, il ressent de la honte et se sent traitre à sa propre famille qu’il méprise, transfuge de classes par le biais des études supérieures qui l’ont éloigné des classes populaires.

Ce premier roman est avant tout un magnifique hommage d’un homme à sa mère : « Ma plus grande richesse en cette vie est d’avoir pu l’aimer ».

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.