Femmes d’Afrique

Femmes d’Afrique
Femmes aux cils frileux
Aux corps vernis
Par la beauté du feu
Des lianes luminescentes s’emmêlent
Sur vos routes d’infortune
Hautes comme des tours vos souffrances dressées
Tissent le berceau de la nouvelle essence

Préparez les boissons
Agitez l’oriflamme
La main du grand désert tendue en charité
A pris en otage l’arbre fleuri pour se faire écouter

Belles de nuit de juin encadrées de l’été du jasmin
Vos lampes d’émeraude dansent dans le vent
Et vos pensées furieuses comme l’océan profond
Eclatent en fleurs sereines en corolles du soir

Fermez vos poings durs
Ouvrez vos yeux collés
Que la terre puisse se teindre
de vos lumières dorées

Une neuve matinée vous regarde en miroir
Un souffle nouveau embue la vitre
De vos maisons d’espoir.

Nadine Fidji, née en 1960, poétesse, romancière, essayiste, peintre. Poème extrait du recueil « Timis », Éditions Le Carbet, 2001