Littérature anglo-saxonne

Tout ce que nous allons savoir, de Donal Ryan

Lorsque l’histoire commence, le lecteur est d’emblée pris en otage, prisonnier des pages à venir. L’héroïne, Melody est à un tournant doublement crucial de sa vie. Entre la vie et la mort même puisque nous apprenons dès les premières lignes qu’elle va donner la vie dans quelques mois et que pour cette raison elle envisage de se donner la mort.
Rapidement, nous appr

Au loin, de Hernan Diaz

Un « western » moderne épique, surréaliste et profondément humain, écrit avec beaucoup de sensibilité et de grâce. Surprenant, dépaysant et attachant. Très émouvant.

Trouver l’enfant, de Rene Denfeld

Une disparition d’enfant… Le sujet, poutant casse-gueule est presque banal, traité souvent en littérature. Le drame, l’empathie avec les parents, la folie et la violence du ravisseur,

Les fantômes du vieux pays, de Nathan Hill

Un monument de littérature. Le summum. Le rêve américain mis à mal dans son intégralité. Jubilatoire et véritable prouesse romanesque. Un « livre-monde » selon Cunégonde.

L’épouse hollandaise, d’Eric McCormack

Un formidable roman d’aventure comme on n’en lit plus aujourd’hui, bien écrit, rempli de surprises, d’amour et de rebondissements. Divertissant, original et totalement dépaysant, L’épouse hollandaise nous offre un grand plaisir de lecture, gardant un esprit romanesque pur et dur du début à la fin. Avec en creux le portrait d’une femme amoureuse peu conventionnelle et la recherche d’identité de son fils.

LaRose, de Louise Erdrich

Sorti en février 2018 chez Albin Michel, Collection Terres d’Amérique. Roman. Traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Isabelle Reinharez. Titre original : Larose. 516 pages.

Les Maraudeurs, de Tom Cooper

Sorti en mai 2016 chez Albin Michel, Collection Terres d’Amérique. (Premier) roman. Traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Pierre Demarty. Titre original : The Marauders. 402 pages.

Des jours sans fin, de Sebastian Barry

Sorti en mars 2017 aux Editions Joelle Losfeld. Roman. Traduit de l’anglais (Irlande) par Laetitia Devaux)). Titre original : Days without end. 260 pages.

Après l’incendie, de Robert Goolrick

Sorti en 2017 aux Editions Anne Carrière, puis en février 2018 en poche chez 10-18, version que j’ai lue. Roman. Traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Marie de Prémonville. 380 pages. Roman.

Goodbye, Loretta, de Shawn Vestal

Sorti en avril 2018 chez Albin Michel, Collection Terres d’Amérique. Traduit de l’américain par Olivier Colette. 342 pages. (Premier) roman.

Le verger de marbre, d’Alex Taylor

Sorti en août 2016 chez Gallmeister. 272 pages. (Premier) roman. Traduit de l’anglais (américain) par Anatole Pons. EN DEUX MOTS Dans un décor naturel à la fois morbide et imposant, une histoire de vengeance en forme de roman à tiroirs. Thriller rural descriptif et...