Cure de jouvence

Le temps passe et nul ne rajeunit. Ni moi, ni lui, ni elle, ni eux, ni elles, ni vous… Personne. Pas même un blog littéraire. La « nouvelle » version de Bouquivore date déjà de plus d’un siècle. Or, en matière de Web, un an c’est déjà beaucoup. L’obsolescence est plus rapide encore dans ce domaine que pour nous autres les humains. La maquette a vieilli, les couleurs ont pâli, le blog est devenu pépère. Un petit coup de jeune était le bienvenu.
Sitôt dit, sitôt fait. Mon toujours aussi gentil mari m’a fait un beau cadeau d’anniversaire. Voici la version new look de Bouquivore qui je suis sûre ne posera pas trop de problèmes d’adaptation aux lectrices et lecteurs que vous êtes. Plus claire dans les couleurs et l’aspect général, davantage de choses à lire et à voir, des liens vidéo (replays de La Grande Librairie), plus simple et plus facile d’accès (plus personne ne pourra me dire ou m’écrire : J’ai essayé de m’inscrire mais je n’y arrive pas). Tout en + + +.

Bienvenue sur la version 3 de Bouquivore et surtout, bonnes et belles lectures car le principal objet de ce site est et sera toujours de partager l’amour des livres et de celles et ceux qui les écrivent.

En cas de panique totale ou de simple commentaire à faire, cliquer ici pour accéder au billet du même nom pour faire un commentaire ou poser une question.

Cathy La Serial Lectrice

Ils ont dit

Ecrire : la seule façon d’émouvoir autrui sans être gêné par un visage.
Jean Rostand
Quand on n’ose pas écrire un vrai livre, on critique ceux des autres
Danboss
Si vous possédez une bibliothèque et un jardin, vous avez tout ce qu’il vous faut.
Cicéron
Un livre est un outil de liberté
Jean Guéhenno, (Les carnets du vieil écrivain)

Je lis en ce moment

Dernière chronique

LaRose, de Louise Erdrich

Sorti en février 2018 chez Albin Michel, Collection Terres d’Amérique. Roman. Traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Isabelle Reinharez. Titre original : Larose. 516 pages.

Surprise surprise…

Pas de nouvelle version sans nouvelle rubrique…

Bientôt dans BouQuivore viendront de nouveaux et beaux mots illuminer vos yeux et votre esprit.

Bruts, purs, sans commentaire aucun ! Le comble pour une bavarde.

Je me dépêche. Patience, patience, et à très vite !

À voir et à revoir